Nos sources de financement

Qui nous finance ?

Les sources de financement de l'Intercommunale

L’ISBW est une intercommunale sociale. Elle réalise ses missions grâce à diverses sources de financement :

  • L’apport des pouvoirs locaux membres de l’Intercommunale : les 27 communes du Brabant wallon et la Province du Brabant wallon ;
  • Des subsides de l’AVIQ (pour les missions d’aide aux familles et aux aînés et d’accompagnement des personnes porteuses de handicap) et de l’ONE (pour les missions d’accueil de l’enfant de 0 à 3 ans chez des accueillantes, d’enfants de 3 à 12 ans à l’accueil extrascolaire et aux plaines et pour les formations des professionnels de l’enfance) ;
  • La participation des usagers des services : Cette participation varie suivant les missions et les contraintes imposées par les pouvoirs subsidiants (par exemple, en matière d’accueil d’enfants de 0 à 3 ans chez les accueillantes, c’est l’ONE qui détermine le montant de la participation financière des parents en fonction de leur capacité contributive). En tout état de cause, la participation des usagers est toujours calculée de telle manière qu’elle ne soit pas une entrave à l’accessibilité de nos services.

Répartition de la participation dans le financement de l’ISBW

Le budget de l’ISBW avoisine les 10 000 000 euros sur base annuelle.
Voici comment est répartie la contribution de chacun à ces 10 millions nécessaires à la réalisation des missions (sur base du compte 2019) :

Graphique détaillant la part relative de chaque source de financement

 

Ce graphique permet de constater que l’ONE est le principal contributeur au fonctionnement de l’ISBW, avec près de 41%.
Viennent ensuite la Province du Brabant wallon (24%) et les usagers (14%).
Les pouvoirs locaux, «actionnaires» de l’ISBW – communes et Province - concourent ensemble pour 30% du financement de l’institution.
L’Intercommunale va chercher 51 % de son financement en dehors du Brabant wallon (27 communes + Province du Brabant wallon + usagers = 49 % des recettes, donc 51 % des recettes viennent «d’ailleurs») au profit des habitants de la province.